discours de 🪑

Sur l’histoire du rembourreur Maurice Richard.

SituĂ©e en aval de la ville de QuĂ©bec, au beau milieu du fleuve Saint-Laurent, l’ĂŽle d’OrlĂ©ans a Ă©tĂ© habitĂ©e dès les premiers temps de la Nouvelle-France. Ă€ cet endroit, on utilisait et on fabriquait un type de chaise très rĂ©pandu Ă  l’Ă©poque. Cette chaise s’appelle « chaise de l’ĂŽle d’OrlĂ©ans ». Il s’agit d’une chaise commune, robuste et massive. Elle est gĂ©nĂ©ralement en merisier et en pin. Son dossier ressemble Ă  un cadre vide, sans barreau. On en trouve Ă  partir des annĂ©es 1700 et on s’en servait encore dans les annĂ©es 1800. La chaise de l’ĂŽle d’OrlĂ©ans est aussi appelĂ©e « chaise de la CĂ´te de BeauprĂ© » parce qu’on s’en servait dans la rĂ©gion appelĂ©e « CĂ´te de BeauprĂ© ». Cette rĂ©gion est situĂ©e en face de l’ĂŽle d’OrlĂ©ans, entre QuĂ©bec et la cĂ´te de Charlevoix. La lĂ©gende raconte que ces chaises avaient un dossier ouvert permettant Ă  celui qui s’y assoyait de sĂ©cher sa chemise après de durs labeurs aux champs en approchant la chaise près du foyer.

— MusĂ©e canadien de l’histoire


Sur la fabrication d’une chaise canadienne, du bois au MusĂ©e d’art contemporain. FrĂ©dĂ©ric Back, musique du RĂŞve du Diable, 1981. Oscar en 1982.

2019-Dionne-J-C-Les-fabricants-de-meubles-a-lIle-dOrleans

Quelques-reflexions-sur-le-mobilier-et-la-mentalite-des-Quebecois

Le caractère de non-fixitĂ© de l’espace domestique quĂ©bĂ©cois constatĂ© par plusieurs chercheurs, la pĂ©riodicitĂ© des dĂ©placements dans la maison et autour d’elle, son rĂ©amĂ©nagement frĂ©quent et le goĂ»t de s’installer ailleurs pour quelques temps laissent percevoir une certaine aptitude , voire un goĂ»t pour de frĂ©quents changements. La culture quĂ©bĂ©coise s’est dĂ©veloppĂ©e par la conjugaison de plu-sieurs facteurs : un large espace disponible, des conditions Ă©conomiques favora-bles lors de l’implantation terrienne, des droits accordĂ©s pour exploiter la nature, Ă  une Ă©poque oĂą s’amorce, en Europe, le dĂ©veloppement de l’individualisme, de l’intimitĂ© et d’une recherche soutenue du confort.